• Celui-ci m’aurait bien plu… sous conditions.

    TRICYCLE

    Par temps idéal, ni trop chaud ni trop frais. Sur terrain idéalement plat et pourvu d’un bon moteur électrique pour pallier aux mots laids atones… Au retour on changerait de place. On aurait pu faire de très belles balades…


    votre commentaire
  • Je repense assez souvent à cet incident survenu dans le métro à Bruxelles. Comme tous les enfants de 5 ans, la petite gamine assise à côté de moi, avait la bougeotte. Elle balançait surtout les jambes en allant taper du pied dans les jambes d’une dame âgée assise en face d’elle. La vieille personne a fini par manifester, car tous ces coups de pieds sur sa jambe la faisaient souffrir. La maman de la gamine ne bronchait pas.

    Finalement, c’est moi qui ai demandé à cette maman de faire la leçon à sa fillette. Elle m’a répondu, clairement et à haute voix :

    -      Ma fille fait ce qu’elle veut, quand elle veut, comme elle veut !

    La rame de métro était bondée de monde, assis et debout. Dans l’assistance un monsieur, qui avait fait ses achats, a vu rouge. Il a sorti de son sac à provisions un pot de confiture qu’il a ouvert et s’adressant à la mère de l’enfant turbulent il lui a dit :

    -      Moi aussi madame, je fais ce que je veux, quand je veux et comme je veux…

    En lui versant la confiture sur la tête !!!

    Tout le monde a applaudi.    


    3 commentaires
  • Je viens de passer trois ou quatre jours pas tristes. J’étais mal. La toux persistante et pénible provoquait des nausées qui se terminaient par un dégobillage, même avec l’estomac vide. Le toubib m’avait prescrit un sirop … nauséeux avec le même effet. C’est pour vous dire.

    Affaiblissement notoire et grand mal à gérer les changements de position par les chutes ou hausses de tension artérielle qui me bloquaient sur place, sans possibilité de faire un pas sans chute. Bref : ce n’était pas gai. Maintenant j’ai posé le fauteuil de jardin tout près de la porte d’entrée du living pour que je puisse avoir un appui dès que je suis debout.

    Je me sens devenir de plus en plus dépendante de l’aide d’autrui et j’ai horreur de cela. D’ici peu de temps je ne pourrai plus enfiler seule mes vêtements ni prendre une douche, même si je dispose maintenant d’un tabouret à l’endroit. Toujours ce danger de chute et des tremblements incontrôlables.

    Quant à la parabole-antenne, le signal est au top avec 100%, la qualité est très bonne entre 88 et 91% mais… le décodeur ne se charge pas complètement et se bloque à 3% de la fin. Donc : pas moyen d’obtenir des chaînes de télé. Dans l’appartement séparé s’entend, car dans la maison tout fonctionne bien.

    Le casse-tête est pour Jipi. Ses locataires s’en vont mercredi mais il en aura un autre dès dimanche prochain. C’est une personne d’une société religieuse (une sorte de bonne sœur). J’espère qu’elle fera des prières au lieu de regarder la télé !!!


    2 commentaires
  • Boyaux de la boîte crânienne en souffrance.


    2 commentaires
  • Hier donc, au moment de partir chez le docteur : cata. Plus de jus dans la batterie de la bagnole. Jipi avait laissé le GPS en charge toute la journée et toute la nuit. Comme mon rendez-vous avec le toubib n’avait aucun aspect urgent, je l’aurais annulé, quitte à devoir attendre encore plus d’une semaine. Jipi m’a prise de court, il a appelé Georges le papa de Ronald. Qui peut prétendre aller chez le docteur en Jaguar et d’en revenir avec le même véhicule de grand luxe ? Car, pour le retour Jipi a tenté d’obtenir l’unique taxi de Saint-Ho… il était quelque  part en Bazois, loin d’ici.

    C’est ainsi que j’ai raconté à Georges ce projet fou de Jipi de vouloir fixer l’antenne parabolique sur le pignon en montant dans la fourche-benne du tracteur…

    Résultat : Georges et Ronald sont venus le soir même… et hop ! Le travail est fait. L’amitié fait des miracles. Merci à eux.


    4 commentaires