• Le véto nous avait dit d’attendre la première chaleur de la chatte avant d’intervenir pour la stériliser. Chez elle, la chaleur est arrivée. C’est grave !!! Tous les matous des environs déambulent dans la cour. Ils sont tous dégueulasses, les poils hirsutes pleins de boue tout comme l’est notre Poupousse. Et elle voudrait que dans cet état on la prenne sur les genoux… Pas question. D’ailleurs, il faudra que je fasse un sérieux lavage de son drap et du coussin dans son « lit » de carton. Car ici nous vivons pour le moment les giboulées de mars et les averses d’avril.

     Ce matin j’ai été voir le médecin que nous avons choisi à St-Ho. Je lui ai demandé la pilule du lendemain pour ma chatte en chaleur. Cela l’a mis en joie et il a estimé que j’avais beaucoup d’humour, mais je n’ai pas obtenu la prescription. Dommage.

    C’était aussi le premier jour de prestations de notre nouvelle aide-ménagère. Elle est jeune et très sympa : je suis très contente qu’elle ait accepté de nous consacrer quelques heures.

     

    A part cela, nous allons aussi bien que possible. Personnellement je n’ai pas encore réussi à m’inscrire à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, car ici c’est la croix et la bannière. Chaque fois qu’on pense qu’on a enfin réuni tous les documents qu’il fallait, non mais… il en faut un de plus dont il n’était fait aucune mention au départ. Le dernier document demandé est un « certificat de retraite avec date de début »… J’ai fait la demande par Internet. Aucune réponse à ce jour. Entre-temps je poireaute et je paie les médocs de ma poche. Je ne me plains pas : ici le prix plein des médicaments et moins cher que le supplément que je devais de toute façon payer en Belgique.

    Jipi a encore plein de projets. Il veut normaliser le niveau des marches de l’escalier qui va de la cour vers le chemin « de ronde » qui va jusqu’au côté sud de la maison. C’est bien. Car le niveau des marches varie entre 35 et 5 cm : un vrai casse gueule.      

     


    1 commentaire
  •  Après la douceur étonnante de ce début de février, voilà qu’une certaine rigueur d’hiver reprend. Plus de papillons ni de cerisiers en fleurs. A la place, des températures très fraîches, des rafales de vent froid et de la pluie en gros grains contenant des grêlons. Puis, tout notre environnement a été saupoudré d'un peu de neige. La nature revient en force et c’est tant mieux.

    Le chat est adulte maintenant : il miaule sa maturité avec des intonations spécifiques. De partout arrivent des prétendants : ceux que j’avais déjà aperçu (un noir à pattes blanches e.a.) mais encore un autre qui ressemble étrangement à notre Poupousse avec bien plus de blanc à la bavette et même sur le dos. Cela ne fait pas notre bonheur : on ne veut pas de chatons.

    De plus, le chat traverse la départementale devant chez nous : c’est dangereux.

    Attendons de voir les conséquences.    

     


    3 commentaires
  • Il y a environ 25 ans d’ici, mon médecin de famille à Bruxelles, m’avait affirmé qu’à partir de 85 ans il n’y avait plus grand-chose de bon dans les humains. Vingt ans plus tard – étant devenu un peu plus vieux lui-aussi – il estimait qu’une personne de 100 ans en bonne santé, c’était merveilleux à voir.

     Personnellement je suis bien plus confiante dans ses premières déclarations.

    Pour moi aussi, vieillir c’est chiant. Pas pour les mêmes raisons que Bernard Pivot qui a l’air de s’en faire plus sur le regard porté par les plus jeunes sur une personne âgée, mais surtout par l’expérience de vie quotidienne qui devient de plus en plus insoutenable.

     Dans mon cas précis il y a les questions d’équilibre : je ne peux pratiquement plus me pencher vers le bas sans être prise de vertiges. Très gênant. Si je ne porte pas des chaussures à semelle large et qui soutiennent bien les pieds, j’ai l’impression de marcher dans de la mousse : je crains de tomber. Pour m’habiller je ne peux plus me plier comme je le voudrais et cela devient périlleux. Je dois donc être assise, même pour enfiler une culotte. Embêtant.

     Une période un peu longue en station debout sans bouger est totalement exclue : je me mets à trembler comme une feuille.

    Bref : tout cela est très chiant.

    En plus, il y a cette loi de la gravité, vous savez ? Plus on devient vieux, plus elle attire vers le bas.

    Etre vieux c’est ressembler à une bagnole dont le moteur broute, avec des roues arrière de guingois, des pneus avant dégonflés, et qui manque de liquide de refroidissement… mais qu’on fait rouler quand-même.

     


    5 commentaires
  •  

    Quand nous étions à la caisse du magasin, j’ai émis tout haut notre souhait de trouver une personne pour faire le ménage.

     

    Un vent favorable soufflait, la caissière connaissait une dame cherchant encore quelques heures à prester et par miracle la personne était présente sur les lieux. Echange de noms et de numéros de téléphone, premier contact facile, nous pouvions quasi conclure là, sur le parking.

     

    La dame viendra nous voir cet après-midi et ??? Cela devrait marcher, non ?       

     


    5 commentaires
  •  

    Nous avons eu trois belles journées ensoleillées et Jipi a fait déjà du fameux boulot au potager avec la bineuse électrique.

     

    Plus d’un tiers de la surface est propre.

    POTAGER

     

    Pas question de me mettre à semer : les nuits sont encore assez froides.

     

    Mais qu’avons-nous vu ? Des papillons en plein mois de février ! Il y avait plusieurs « citrons » et un autre de couleur orange et noire. Ils vont butiner quoi ?  

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires